CLEMI

Retrouvez nous sur :

Edito - Journaliste, enseignant : comment être utile l’un à l’autre ?

Le métier de journaliste a de nombreux points communs avec celui d’enseignant. Toutefois, ces deux professions se rencontrent peu et se connaissent mal. Elles sont pourtant centrées sur un même principe de transmission : informations pour l’une, connaissances pour l’autre. Il est question dans les deux cas de produire du sens en les mettant en forme pour un public de lecteurs ou d’élèves.

Autre point commun, ils accompagnent au quotidien les (futurs) citoyens et leur donnent des clés de décodage et de compréhension du monde dans lequel ils vivent. Une relation de confiance s’établit alors, autrefois aveugle, aujourd’hui éclairée, étayée par une déontologie forte propre à chacune de ces professions.

L’évolution de la société les obligent tous deux à remettre en cause régulièrement leurs pratiques, impose un doute nécessaire, un recul permanent pour s’adapter sans cesse à des contraintes de cadrage : ligne éditoriale pour l’une ou programmes d’enseignement pour l’autre. Tout en leur laissant une marge de liberté appréciable, qu’elle s’appelle investigation ou innovation.

Au-delà de ces éléments, journalistes et enseignants sont aujourd’hui de plus en plus confrontés à un recul de la confiance de leur public respectif. Ces professions sont toutes deux bousculées par la révolution numérique dans l’accès à l’information et au savoir. Elles n’ont plus le monopole des productions médiatiques et académiques.

Le journaliste comme l'enseignant doit faire face à une défiance à la fois de la population adulte mais aussi de la jeunesse. Remise en cause de la crédibilité, de la véracité, prolifération des fake-news pour le journaliste, des théories du complot pour l'enseignant. Le comble est sans doute que cette défiance les gagne et devient réciproque.

La co-construction d’une véritable éducation aux médias et à l’information citoyenne peut être le facteur d’une reconquête de la crédibilité des deux professions. D’un côté, « faire preuve de pédagogie pour un journaliste est un facteur essentiel à prendre en compte pour tenter de sauver l'idéal qu'il représente. Les journalistes doivent être pédagogues afin de rendre compréhensible une même information par un maximum de gens », selon Benjamin Bousquet, journaliste France Info cité dans la brochure « Un journalisme utile ? » de la 11e édition des Assises internationales du journalisme de Tours.

De l’autre, l’enseignant accueille à l'école des élèves ayant été exposés à des informations à l'extérieur de celle-ci.  Cette exposition est d’ailleurs souvent supérieure à celle des savoirs disciplinaires que propose l’École. La mission de celle-ci est donc de permettre aux élèves de transformer ces informations en connaissances en les confrontant justement à ces savoirs. Or, si le pédagogue connaît le chemin à emprunter pour transmettre les savoirs, il dispose de peu d’outils pour abattre les contre-vérités formulées par les élèves. Le journaliste, lui, dispose de ces outils qui peuvent aider à acquérir les compétences permettant ces transformations.

Il restera toutefois à l’École à s'interroger sur les compétences auxquelles elle doit former pour que ses compétences soient transférables sur les pratiques individuelles des élèves une fois la porte de l'école fermée. Là, encore, l’apport du journaliste professionnel pourra être d’un grand secours.

L’éducation aux médias et à l’information est donc un formidable levier pour que ces deux professions soient utiles l’une à l’autre. C’est dans ce champ transversal que toutes deux pourront endosser et assumer une coresponsabilité nécessaire pour forger une forme de culture du doute ou une forme de culture du discernement indispensable pour exercer une citoyenneté éclairée dans un pays démocratique.

 

Damien Cambay, académie d'Amiens

Patrick Pergent, région académique de la Guadeloupe

Alain Pinol, académie de Montpellier