CLEMI

Retrouvez nous sur :

- Numéro 6 -

 

 

C’est la rentrée, mais profitez-en: les morceaux choisis de cette nouvelle Chronique des médias scolaires nous ramènent au doux mois de juin et à ses longues journées ensoleillées, durant lequel la production médiatique des établissements scolaires a été plus que fructueuse!
Si certains sont allés chercher de la fraîcheur en furetant jusque dans les sous-sols du lycée, d’autres se sont projetés avec courage dans le futur. Futur proche mais parfois angoissant de l’entrée en sixième pour les uns, futur plus lointain d’un monde anticipé qui n’existe pas encore pour les autres. 

 

LE SUJET COUP DE CŒUR

Ils déterrent les cadavres de l’histoire du lycée, et c’est exquis

«Si vous ne rendez pas vos devoirs je vous envoie à la morgue en-dessous du lycée»: la menace était ironique, mais cette déclaration d’un professeur du lycée Climatique d’Altitude de Briançon (Académie Aix-Marseille) n’a pas manqué d’éveiller la curiosité des rédacteurs du Babilleur. Ils se sont donc lancés à corps perdu dans une investigation au long cours: interviews, recherches dans les archives de la ville et dans l’histoire du lycée. Une enquête qui leur a permis d’établir que l’ancien hôpital est aujourd'hui l’internat du lycée, et que par conséquent, l’ancienne morgue se situait bien dans son sous-sol. Un endroit interdit d'accès malheureusement pour nos enquêteurs de choc, mais le lecteur curieux y trouvera malgré tout des photos des lieux… bien transformés depuis, rassurez-vous.

Cette saga drôle et passionnante est à lire dans le numéro de juin du Babilleur. 

 

ZOOM SUR UN MÉDIA SCOLAIRE

Curial multicolore

Curial Multicolore, c’est le journal des écoles élémentaires Colette Magny A et B (Paris 19ème), initié par Jeunes pages au sein de l’association Postures en janvier 2011. Chaque atelier aboutit à une publication, le journal est affiché à l’école, visible à la fois des élèves et des parents. Manifestations de gilets jaunes ou souris dans l’école, aucun sujet n’échappe à la sagacité de ces journalistes volontaires. Vous pouvez retrouver tous les numéros ici.

Entretien avec Anne Marenco, membre de Jeunes Pages et animatrice de l’atelier journal, qui doit reprendre en janvier 2020 pour dix numéros

Comment fonctionne l’atelier journal?

C’est un atelier qui a lieu toutes les deux semaines, le vendredi de 11h30 à 13h30. Il concerne les deux écoles, chacune ayant une heure d’atelier : Colette Magny A, où il y a les CP-CE1, et B, avec tous les autres niveaux. On se met dans la cour de l’école avec un panneau «atelier journal», et on prend avec nous les 12 premiers volontaires. Ce ne sont donc pas forcément les mêmes à chaque fois. Nous sommes deux pour animer l’atelier: pendant la première heure, je suis accompagnée d’une enseignante de l’école, et pendant la deuxième heure d’un animateur de la ville de Paris. Nous avons la chance de fonctionner à trois partenaires: notre association, les écoles et le périscolaire. Cela crée de bonnes conditions.  

Comment les sujets sont-ils choisis? 

On commence classiquement par un tour de table. On fait un petit jeu, qui consiste à se demander de quoi on a entendu parler. Qu’est-ce qui s’est passé dans le monde? Qu’est-ce qui s’est passé en France? Dans le quartier? A l’école? Des sujets émergent, dont on discute plus ou moins. Ensuite, de petits groupes de deux-trois se créent. Nous on fait le tour des tables, on leur pose beaucoup de questions, ils dessinent et écrivent sur ce qu’ils savent de ces sujets, ou sur ce qu’ils leur évoquent. On les encourage à écrire sur leur ressenti. Parfois ils s’aident d’articles de journaux, on en amène quelques-uns : Le Parisien car c’est le seul titre qui a une actualité locale pour eux, Libération car il y a beaucoup d’images et que la maquette du journal est très « lisible », un gratuit car c’est le seul journal qu’ils peuvent se procurer seuls, parfois le Courrier International car il contient beaucoup de dessins de presse. Occasionnellement, ils regardent aussi Mon petit quotidien car ils le reçoivent à l’école, mais on préfère les faire travailler avec des titres de presse de grands, car cela fait aussi un lien avec les parents.

Comment se passe la publication?

Au bout de deux heures, on récupère tous leurs articles et les dessins, on saisit tout et on fait la mise en page du journal. C’est une chose qu’on ne peut pas faire avec eux, on n’a pas le temps. On travaille avec Wordpress et Paint.net. Dès le départ, le projet était d’afficher le journal. C’est né d’une double-envie: celle de faire un «beau» journal avec des couleurs, des reproductions de dessins et de photos afin que les enfants soient fiers de leur travail, mais nous avions des contraintes économiques. L’affichage permet un tirage limité mais on tient aussi au côté «forum» que ça provoque. Ça se lit à plusieurs, il y a un début de discussion. Le journal est affiché dans le préau de chacune des deux écoles et à l’extérieur, de façon à ce que les parents puissent le lire aussi.

 LA SÉLECTION DU CLEMI

 La Guezette sur les métiers du futur

 «Est-ce que vous vous êtes déjà demandé si le métier de vos rêves existait déjà ou plus cyniquement, si votre futur métier ne sera pas inutile dans cinq ou dix ans ?» En plein choix de leur orientation, les rédacteurs de la Guezette du lycée Guez de Balzac à Angoulême (Académie de Poitiers) ont décidé d’explorer le futur et se posent cette intéressante question. A lire ici… sans attendre.

 Danse engagée

Dans L’Eiffelien, le journal du lycée Gustave Eiffel de Bordeaux, une élève et sa professeure de philosophie échangent autour du projet de «résistance poétique» de la danseuse, chorégraphe et chercheuse Nadia Vadori Gauthier, qui publie chaque jour depuis le 14 janvier 2015 une minute de danse sur son compte instagram. Une discussion riche, à la fois accessible et instructive.

Dessin du mois dans Scoop Dagueys

C’est cet ours à la une de Scoop Dagueys, le magazine des classes médias du collège Les Dagueys à Libourne (Académie de Bordeaux), qui a retenu le regard de la chroniqueLe magazine est en ligne ici.

 

Le collège n’a plus de secrets

Comment ça marche, le collège? Parce que c’est un peu intimidant pour les CM2 futurs élèves, les 6è du collège Alfred Jarry de Renazé (Académie de Nantes) consacrent ce premier numéro des Secrets d’Alfred Jarry à en expliquer le fonctionnement pour les nouveaux arrivants, tandis que les CM2 ont recueilli les témoignages de leurs aînés. 

Dans les méandres du DarkNet

 Les élèves de la radio du lycée Stendhal de Milan interviewent leur professeur de technologie pour tenter de comprendre ce qui se cache derrière cette appellation sulfureuse. A écouter ici.

 

 

 

 

Pour recevoir les prochaines chroniques par email, inscrivez-vous en cliquant ici.