CLEMI

Retrouvez nous sur :
  • Imprimer

Les "marronniers" dans les médias

  • Fiche pédagogique, parue dans le dossier de la Semaine de la presse 2015
Que viennent faire les « marronniers » dans les médias ? Ce terme désigne les sujets qui reviennent chaque année, à la même période, dans les médias écrits ou audiovisuels. L'analyse de ces sujets permet de comprendre la fonction des médias dans notre société.

MATÉRIEL

Un panel de presse de quotidiens nationaux, régionaux, de magazines d'information, de presse féminine. Le site de la PQR (www.pqr.fr/editeurs/les- unes-du-jour) sur lequel on trouve chaque jour des unes est un excellent outil pour travailler sur les « marronniers ».

Au préalable

Rassembler un panel de presse jeunesse, un panel de quotidiens régionaux et nationaux, un panel de magazines d'information et des magazines féminins qui traitent du même sujet : rentrée des classes, résultats du bac, début du printemps, Semaine de la presse et des médias dans l'école®, fêtes de fin d'année, Salon du livre, régimes amaigrissants avant l'été, etc.
Sélectionner et photocopier (en cachant la date) les articles consacrés aux sujets choisis avec les publicités environnantes.

Le marronnier, un genre du journalisme

Proposer aux élèves de voir s'il existe un lien entre les sujets traités par les journalistes et les publicités environnantes. En déduire le lien qui existe entre les recettes du journal et le traitement de ces marronniers.
Demander aux élèves de classer d'un côté les articles relevant de l'actualité chaude, de l'autre, les articles relevant des marronniers (sujet revenant chaque année à date fixe).
Travailler sur la notion d'angle et de genre journalistique. Difficile pour les journalistes de trouver, chaque année, un angle original pour traiter ces marronniers. À partir d'un exemple, distribuer aux élèves les photocopies des articles. Les élèves font des hypothèses sur la date de parution des articles. Ils relèvent les titres (informatifs/incitatifs) ; les genres journalistiques (édito, reportage, interview, portrait, enquête...) ; l'angle choisi pour traiter le sujet. La mise en commun permet de comprendre qu'à partir d'un même sujet, les journalistes peuvent produire des articles très différents.

Marronniers et société

Après cette analyse, interroger les élèves sur les sujets traités.
Rejoignent-ils les préoccupations supposées des lecteurs ? Par exemple, les magazines féminins pro¬posent tous des sujets sur les régimes avant l'été, mais est-ce la préoccupation majeure des femmes ? En quoi cela renforce-t-il un stéréotype sexiste ?
Le traitement de ces sujets a-t-il des incidences commerciales pour le journal (vente d'espaces publicitaires en lien avec le sujet traité) ? Pour le commerce en général (sujet sur les meilleurs restos, etc.) ?

LE « MARRONNIER » : UNE ORIGINE INCERTAINE

L'origine de ce terme lié à la presse est encore hypothétique. Si l'on observe bien que les marrons sont des fruits de saison, donc très réguliers dans leur apparition, le terme renvoie-t-il alors à la rentrée des écoles (et leurs cours à marronniers) dont le sujet est omniprésent à date fixe dans les journaux ? Ou fait-il référence aux marchands de marrons grillés qui cohabitaient jadis avec les kiosquiers et marchands de journaux sur les Grands Boulevards parisiens ?
Plus précise, une hypothèse mentionne la floraison d'un marronnier sur la tombe des Gardes suisses sur les Champs-Élysées, phénomène qui, chaque année à la même date, faisait l'objet d'un écho dans les gazettes royalistes du XIXe siècle.

LE CONSEIL DU CLEMI

Une rencontre avec un journaliste peut être l'occasion de l'interroger sur la difficulté ou non à traiter un « marronnier ». On peut aussi lui demander comment il traite de la Semaine de la presse dans son média.