CLEMI

Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information

Retrouvez nous sur :

BD " Dans la tête de Juliette "

Dans la tête de Juliette

87 % des enfants de 12 ans ont un smartphone mais le vrai pic d’équipement s’effectue vers 10 ans (on passe de 8 % à 33 % entre 9 et 10 ans ; Étude Born Social, 2020). Dans la tête de Juliette est une bande dessinée éducative destinée aux pré-adolescents et adolescents. Elle nous plonge dans le tourbillon de la vie d’une adolescente connectée. Elle interroge avec finesse et pédagogie le rapport des plus jeunes aux écrans, en particulier avec leur smartphone. L’objectif est de les aider à devenir des acteurs conscients et responsables de leurs usages numériques.

L’histoire

« Ce soir, c’est un grand soir pour moi. Je vais jouer sur scène pour la première fois avec ma troupe de théâtre. J’ai le trac ! Surtout que je n’arrive pas bien à retenir mon texte… Entre les messages, les appels et les notifications de mon téléphone, je n’arrive pas à me concentrer. Débrancher ou swiper, telle est la question. En même temps, être connectée avec mon prof de théâtre, mes amis et mes applis m’aide beaucoup. Comment vais-je m’en sortir ? »

Juliette

Que se passe-t-il dans la tête de Juliette ?

Les mini-Juliette sont les personnages qui représentent les différentes facettes du caractère de Juliette. Elles font tout pour l’aider. Enfin, quand elles arrivent à se mettre d’accord… Entre les envies et la raison, ça se bagarre !

Les conversations des mini-Juliette permettent de se poser des questions et de faire naître des débats. C’est aussi un moment pour expliquer des notions telles que la surcharge cognitive, les algorithmes de recommandation, la nomophobie, l’évaluation de l’information, l’identité numérique, le cyberharcèlement.

Notre approche

Les discours de prévention relatifs à l’usage du numérique par les jeunes, et tout particulièrement des réseaux sociaux et du smarpthone, revêtent souvent un caractère moralisateur qui peine à convaincre les adolescents. Ils ont souvent le sentiment que ces discours visent à critiquer leurs pratiques, à porter un regard négatif sur ce qui aujourd’hui constitue une partie de leur vie et même de leur identité.

Le choix d’une bande dessinée éducative, basée sur le personnage de Juliette – l’adolescente de la famille Tout-Écran – qui vit avec son smartphone une séquence importante de son quotidien d’adolescente, vise précisément à aborder par la fiction des problématiques fortes telles que la captation de l’attention et des données, les algorithmes de recommandation, l’identité numérique ou encore l’évaluation de l’information.

Le ton adopté n’est pas un ton professoral : il est au service d’un récit et d’une identification adolescente. Pour autant, l’intention éducative est affirmée, il s’agit d’amener les jeunes lecteurs à s’interroger sur leur relation à l’objet smartphone, mais aussi à enrichir leurs connaissances de cette « boîte noire », dans la perspective d’une éducation aux données et aux usages responsables des réseaux.

Nous avons conçu les apports didactiques de cette bande dessinée comme un levier pour enclencher avec les jeunes lecteurs des débats sur leurs usages, pratiques et perceptions du numérique. Ainsi, la bande dessinée Dans la tête de Juliette se propose comme un outil éducatif et pédagogique au service du dialogue entre jeunes mais aussi avec les médiateurs (parents, enseignants, professionnels du livre et de l’information, médiateurs numériques, éducateurs…).

 

Le groupe de travail

Virginie Sassoon (direction éditoriale et conception), Anne Cordier et Isabelle Féroc-Dumez (direction scientifique et pédagogique), Sophie Roué (coordination et secrétariat d’édition), Noémie Perquin (maquette), Sophie Gindensperger, Stéphanie Valade et Sylvain Joseph (contributeurs CLEMI).

Illustrations par Kim Consigny
Scénario par David Frécinaux

Avec le soutien de la GMF

 

En partenariat avec