CLEMI

Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information

Retrouvez nous sur :

Se déconnecter pour mieux manger, dormir et bouger !

Par le docteur Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste, praticien attaché à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris

Manger sans écrans

Notre cerveau est monotâche. Par conséquent, il convient d’éviter le zapping permanent qui l’incite à fonctionner dans tous les sens : on ne fait plus rien de bien, on se disperse, on mange mal… On ne peut pas répondre à ses mails et manger en même temps ! Si on interroge les mangeurs qui se sont connectés 2 heures après leur repas, ils sous-évaluent systématiquement ce qu’ils ont avalé. Il est donc essentiel de prendre ses repas dans des conditions sereines, c’est-à-dire en éteignant tous les écrans qui sont des distracteurs d’attention.

Il y a 40 ans, il n’y avait que deux ou trois chaînes, avec un programme fédérateur pour toute la famille. Aujourd’hui, il y a tellement de sollicitations ! L’un consulte sa tablette pendant que l’autre regarde une série en streaming, et les parents ont chacun leur émission. Voilà pourquoi le temps du repas doit se faire sans écrans afin qu’il rassemble la famille, en pleine conscience, et que chacun partage sa journée.

S’endormir sans écrans

Nos modes de vie ont tendance à se dégrader notablement, en particulier parce qu’on rogne trop le temps de sommeil en raison de la présence des écrans. Or, il est impératif qu’un adolescent puisse dormir au minimum 8/9 heures, voire 10 heures pour un enfant 2. Les réseaux sociaux entraînent de nouvelles pratiques qui risquent de nous faire perdre certains fondamentaux en même temps qu’ils nous font souvent gaspiller du temps. Pour que notre message soit cohérent vis-à-vis de nos enfants, il faut commencer par nous responsabiliser nous-mêmes, en tant qu’adultes, et éviter la consommation d’écrans nocturne (40 % des Français regardent un écran dans leur lit avant de dormir). Les fameuses lumières bleues émises perturbent notablement le sommeil en simulant la lumière du jour, sans parler des ondes !

Combien d’heures de sommeil pour quel âge ?

Source : d’après M. Hirshkowitz, « The National Sleep Foundation’s Sleep Time Duration Recommandations : Methodology and Results Summary », Sleep Health, 2015.

Bouger plus

La surconsommation d’écrans et les transports en commun ont tendance à remplacer l’activité physique. Les gens sont de plus en plus passifs en milieu urbain. Il faut pourtant privilégier les mouvements au maximum et les déplacements à pied chaque fois que cela est possible.