CLEMI

Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information

Retrouvez nous sur :

Comment protéger vos enfants des contenus inappropriés ?

Par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)

Pour quelles raisons un programme peut-il être déconseillé aux plus jeunes ?

À la télévision, nos enfants ne voient pas la même chose que nous et certaines images peuvent susciter chez eux des émotions complexes et parfois différentes de ce qu’un adulte pourrait ressentir. Pour éviter qu’ils ne soient troublés par ce qu’ils voient, il est important de choisir des contenus adaptés à leur âge.

Un programme peut être considéré comme trop violent ou choquant pour les plus jeunes en raison, notamment, de la présence de scènes violentes nombreuses, de la représentation d’actes sexuels ou encore de l’évocation de thèmes comme la drogue, le suicide, l’inceste, la violence conjugale, etc. La psychologie des personnages, l’utilisation scénaristique de la violence et parfois la mise en scène ou la bande sonore peuvent aussi avoir un impact sur les enfants.

L’exposition aux contenus violents ou choquants peut engendrer chez les enfants des troubles qui ne sont pas toujours visibles : difficultés à s’endormir, cauchemar, angoisse, agressivité, violence. Même si votre enfant ne manifeste pas d’émotions négatives sur le moment, celles-ci peuvent ressurgir un peu plus tard et à diverses occasions, par exemple dans le noir ou dans son sommeil. Il est important que vous sachiez en repérer les signes, qui diffèrent d’un enfant à l’autre, et que vous pensiez à faire le lien éventuel avec des images choquantes qu’il aurait pu voir.

La signalétique jeunesse

Pour protéger votre enfant des images inappropriées, prenez le temps de choisir avec lui ce qu’il va regarder en fonction de son âge et de lui expliquer pourquoi. Pour vous aider, la signalétique jeunesse permet de classer les programmes de télévision en cinq catégories, en fonction de l’âge en dessous duquel une émission peut troubler votre enfant. Les pictogrammes -10, -12, -16 et -18 vous permettent de les repérer, les émissions sans pictogramme étant adaptées à tous les publics. Si votre enfant connaît ces pictogrammes, ceux-ci pourront le guider dans le choix de programmes adaptés à son âge s’il se retrouve seul devant la télévision. En plus des membres adultes de votre foyer et des personnes intervenant auprès de vos enfants (baby-sitters, par exemple), vous pouvez sensibiliser les éventuels grands frères et grandes soeurs à ce dispositif, afin qu’ils veillent à ce que regardent les plus petits.

Vous pouvez faire comprendre à votre enfant l’importance de la signalétique jeunesse en lui disant qu’il vous arrive à vous aussi d’être choqué par certains programmes et que vous ne voulez pas qu’il le soit. En effet, il est important de ne pas lui laisser croire qu’un adulte peut tout regarder sans jamais éprouver d’émotions négatives.

Les dispositifs de verrouillage

Il existe plusieurs démarches simples et indispensables pour protéger votre enfant, comme le dispositif de verrouillage pour les programmes déconseillés aux moins de 18 ans (programmes pornographiques ou d’extrême violence). Il s’agit d’un code, le plus souvent appelé « code parental », permettant de bloquer l’accès à ces programmes. Personnalisez-le, en évitant les codes que les enfants peuvent facilement deviner (pas de date de naissance, par exemple), et gardez ce code secret. Vous pouvez le retrouver dans l’espace de gestion de votre box TV. Vous pouvez également installer d’autres dispositifs de verrouillage : les téléviseurs ou box permettent souvent de mettre en place des filtres ou contrôles parentaux par chaînes, horaires, titres ou classification des programmes selon l’âge minimal conseillé.

L’importance du dialogue

Vous ne pouvez pas surveiller tout ce que votre enfant regarde. Mais s’il a été choqué, l’impact de l’image violente pourra être minimisé par le fait d’exprimer ce qu’il a ressenti. Il ne le fera peut-être pas de sa propre initiative, parce qu’il peut avoir honte, avoir peur que l’on se moque de lui, qu’on le prive d’écrans ou, simplement, il peut s’être accoutumé à la violence. C’est pourquoi vous pouvez lui proposer des moments d’échange où il aura la possibilité de parler de ce qu’il a vu et de ce qu’il en a pensé. S’il voit qu’un adulte s’intéresse à ce qu’il a ressenti, l’enfant osera davantage partager son émotion.

Ce sera aussi l’occasion de consolider ses repères et sa représentation du monde qui l’entoure. Quand vous le pouvez, essayez d’être présent aux côtés de votre enfant lorsqu'il regarde des images sur écran ; engagez un dialogue avec lui, pour l’aider à comprendre et exprimer ses émotions et à développer son esprit critique.